Mémoire à la résistance

Inauguré le 28 juillet 1946, le monument de Guerlogoden est donné par le comité d’érection à la commune de Neulliac, qui l’accepte le 18 décembre suivant.
Depuis plus de 70 ans, chaque année  y est commémoré l’anniversaire des Combats de Guerlogoden.

Passant, souviens toi…

La Compagnie Mobile du 3ème Bataillon FFI 
En souvenir du Combat de Guerlogoden 
et de ses Morts Pour la France 
A l’Eternel Esprit Breton 
Toujours Prêt à défendre la France 

Côté Gauche

Morts au Combat de Guerlogoden
Jeudi 27 juillet 1944 

BERNIER    Pontivy
CADORET    St Gérand 
GUILLOUX    Pontivy 
LE MEILLOUR    Bubry 
LE CLAlNCHE    St Gérand 

Côté Droit

Déportés 
GUILLO    Adjudant Gendarmerie 
QUILLIOU    Pontivy 

Fusillés 
COTTE    Pontivy 
DACQUAY     Malguénac 
EDMOND    Melrand 

Front de Lorient 
DAGORNE     Kervignac
LE NINAN    Neulliac 
RAULT    Moustoir Remungol 
MADORÉ    Kergrist 
NICOL    Kergrist 
DEGEYER Georges    Capitaine  

Récit du Maquis de Guerlogoden


Nous sommes le 27 Juillet 1944. C’est le temps des moissons, voici plus de quatre ans que la
france est sous le joug de l’armée d’occupation. L’oppression, les arrestations arbitraires, les
privations, le rationnement de l’alimentation, le couvre feu, le contrôle des déplacements, le
travail obligatoire, les réquisitions toujours plus contraignantes, ruinent et privent la
population des initiatives économiques et sociales.

Depuis deux ans les mouvements de résistance s’organisent. Fin 1943, l’imminence d’un
débarquement est dans toutes les conversations, les occupants sont fébriles car ils savent que
le déferlement d’une amée de libéraion s’organise. Depuis londres, le Général De Gaulle,
invite les réseaux de résistance à engager des actions de destruction, de sabotage. De
nombreux parachutages clandestins viennent armer et équiper les maquis. Des parachutistes,
largués sur le territoire instruisent les résistants pour amplifier leurs actions de guerilla.

Voici presque deux mois les forces alliées ont débarqué en Normandie. Depuis, les allemands
contiennent une partie de l’armada dans la poche de Falaise qui vient de craquer libérant une
force mécanique sans précedent qui va déferler vers l’ouest et libérer la Bretagne dans
quelques jours.

À Kergrist deux maquis d’une cinquantaine d’hommes chacun sont implantés, dont un à
Guerlogoden dans les lisières du bois de Quenemeut aux ordres du capitaine Massardier. De
nombreuses actions de destruction sont entreprises dont le pont de chemin de fer à Kergouet
en St Gérand. Les maquisards sont de plus en plus audacieux et il font prisonnier un soldat
allemand qui collectait des oeufs dans une ferme pour l’occupant.

Ce jeudi 27 juillet 1944, les allemands qui recherchent des dépots d’armes, prévenus par une
source inconnue, déploient une centaine d’hommes autour de la ferme du Golut, en Neulliac,
mais ils se trompent de lieu.

Ils se dirigent alors vers le retranchement du maquis de Guerlogoden. Grâce à Dieu, cette
fause manoeuvre trahit l’effet de surprise et évite un massacre, permettant ainsi à la majorité
des maquisards qui connaissent bien le terrain, de sortir de la nasse et de s’évaporer.

Selon le témoignage de Jacques BRUHAT dernier survivant du maquis de Guerlogoden qui
s’est éteint en 2018, 18 soldats allemands seront tués et cinq résistants tombent sous les balles
ennemies : Louis-Marie Cadoret 46 ans et André Le Clainche 22 ans de St Gérand, Antoine
Le Mouillour 21 ans de Bubry , Mathurin Guilloux 22 ans de Neulliac, Pierre Bernier 47 ans
de Pontivy.

Voici en quelques mots le destin tragique de ces patriotes qui ont donné leur vie pour que vive
notre liberté.

Comme il est écrit sur ce monument : portés par « l’éternel esprit breton toujours prêt
à défendre la France », nous exprimons ce matin à tous ces martyrs de la résistance notre
profond respect et notre reconnaissance !

Mairie de Neulliac
Rue de la Mairie
56300 Neulliac

mairie.neulliac.accueil@wanadoo.fr
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

© 2012-2020  

02 97 39 60 14